Vœux et petit cadeau !

Salut les pitchouloulous,
Alors ? Bien gavés de chocolats, de cadeaux, de sourires ?
On va bien évidemment commencer par souhaiter, à tous les adhérents au nom du bureau, tous nos vœux de bonheur, de santé et de bonheur pour cette nouvelle année.
Alors comme je connais certains esprits ronchons (non non, je ne citerai pas de noms hihi), je ne vais pas passer sous silence le fait que 2021 ne démarre pas de façon super enthousiasmante… Certes mais mon optimisme indécrottable fait que je souhaite malgré tout espérer qu’un jour prochain (le plus rapidement possible), on puisse à nouveau se voir, jouer et partager des moments de joie tout simplement.
Alors d’ici là, patience, santé, rigueur et respect des consignes… et quelques petits cadeaux de début d’année à commencer par celui-ci !

Pour continuer cette aventure du calendrier, ce mois de janvier voit une de mes idoles prendre la plume. Pourquoi une de mes idoles ? Merci de me poser la question cher fayot !
Le terme « idole » n’est pas usurpé. Je suis en adoration devant lui. Et vous lirez dans l’interview ci-dessous les valeurs qu’il partage, enseigne, dans sa vie pro, ou perso et vous comprendrez pourquoi nous avons naturellement pensé à le nommer « membre d’honneur » de SBQV !
Quand quelqu’un met autant d’énergie à créer, façonner, transmettre, avec autant d’humilité, de bienveillance, sans calculs, sans autres soucis que celui de veiller au bien des autres, alors oui, je parle d’idole !
Je vais bien évidemment arrêter là ma déclaration enflammée sinon sa femme va me faire les gros yeux et vous laisse découvrir qui incarne la valeur du mois de Janvier.

Bonne lecture et bonne année à toutes et tous.
Alex

Bonjour à tous. C’est un honneur de commencer l’année 2021. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Philippe CASTILLO, 60 ans, vétéran 6 et j’ai une licence à 5 chiffres qui commence par 42. Qui dit mieux ? (Faust peut-être ?).

L’ami Patrice m’a proposé de représenter les valeurs d’HERITAGE, certainement pour mon grand âge mais plus encore pour les années passées au service de ce club si cher, que j’ai vu naître et que j’ai accompagné 5 ans en tant que trésorier et 10 ans en tant que président de 2004 à 2014.Plutôt qu’héritage je parlerai de passage de témoin. En effet j’ai eu la chance de débuter le badminton en 1995 (au siècle et millénaire derniers) à la recherche d’un sport d’intérieur (eh oui, on n’est pas à Perpignan !), convivial, qui se rapprochait du volley ball et qui se jouait avec une raquette. Une fois accro, la famille m’a suivi et on ne parlait plus que badminton à la maison.

Logiquement j’ai pris la succession de présidence de Jean Marc HOLVÊQUE, (il n’y avait pas d’autres candidats) et découvre les joies, émotions, responsabilités, déceptions, incompréhensions, espoirs, satisfactions d’une présidence. Ce sont ces dernières que je retiens avec quelque fierté : la création du concept de « nuit du Bad » (sur les thèmes de sang et or , pyjama , fluo , exotique , pays d’Europe , disco , dessin animé , métiers , nuit blanche) , la création d’une école de BAD et sa labellisation , la création du mini BAD , l’ouverture de créneaux d’entraînement pour les loisirs et pour les compétiteurs , la création du 1er site internet en 2006 , d’un nouveau logo ,le plaisir de jouer en famille avec mon fiston Jean-Baptiste et ma chère et patiente Roseline , l’ascension en régionale 3 puis régionale 2 d’une équipe 100% « made in Quincy » .

Comme l’a souligné Alex, mon « fil rouge » dans ma vie professionnelle et extra pro, est l’envie de transmettre, de partager, d’échanger. Valeurs que j’ai croisé dans les nombreux sports que j’ai pratiqués, auprès des bénévoles de club mais aussi auprès d’entraîneurs et de professeurs marquants. Lorsque je suis arrivé au bout de ce que j’avais à faire et qu’il était temps de passer à autre chose j’ai eu la chance de pouvoir confier le bébé « SBQV » à Adrien qui a su le bonifier encore plus, et il en sera ainsi encore longtemps grâce aux personnes qui forment notre famille SBQV.

Perso j’aimerais pouvoir reprendre la compet en équipe et participer à d’autres championnats de France vétérans pour retrouver le plaisir de l’adrénaline, la joie du point durement gagné, de la bataille, du regard de l’adversaire, du « chambrage » (disciple de Carl), de râler (si peu !) après un point perdu par mon ou ma partenaire, parce que, moi, je n’en perds jamais !

J’ai hâte de vous revoir.

« SBQV es mes que un club » et ce n’est pas peu dire !