La famille SBQV à Dordives

Coucou les Pitchouloulous,

Un petit texte pour dresser le bilan sport… heu le bilan de ce week-end passé à Dordives. A tout seigneur tout honneur, on va commencer par notre Super Paupau nationale pour lui dire un immense merci pour cette organisation de folie. Pour une fois qu’elle nous trouve un dortoir digne de ce nom où il n’y a pas de sanglier empaillé au mur et surtout où il y a une salle de bain digne de ce nom. Pour rappel, l’an passé, on était une dizaine à se partager une douche de 1,5m²! Là, pour le coup, on a trois salles de bain dont une qui faisait à peu près 4379636m² (perso je me suis perdu deux fois). Merci Pauline.

Le deuxième seigneur, sans qui on ne serait jamais allé là-bas (on ne savait même pas que la pratique du badminton était connue dans ses coins aussi reculés), c’est bien sûr Charles-Guillaume. Alors comme il a un prénom un tantinet long et qu’on est certes sportif mais fainéant avant tout, on l’appelle CG (initiale de « ça gagne »). Merci à toi d’avoir eu l’idée un jour de participer à un tournoi là-bas où tout est neuf et….ha non ça c’est du Goldmann. Là-bas où tout est vieux et sauvage.

Après la liste est méga longue car on peut remercier des photographes animaliers (Matthieu). Pourquoi animalier?Parce que quand on transpire et qu’on s’arrache sur le terrain on ressemble à des animaux? Non non

Parce que quand on se pète le dos on a une démarche de canard toute la journée d’après même si on est prof de sport et qu’on fait des heures et des heures de sport ? Un peu oui (au passage, je rassure tout le monde, notre ami Sébastien est bien rentré dans sa basse-cours et a passé toute la nuit à faire coin-coin).

Parce que quand on a mal à la cuisse on se fait masser de longues heures par sa partenaire de double dame (photos à venir) et qu’une fois rentrées au gîte elles continuent toutes les deux à se faire des papouilles d’amour devant la cheminée ? Hé non, ceci n’est pas un rêve érotique mais seulement la « vie normale de Pauline et Marianne » quand elles se retrouvent en tournoi. Pour information Sébastien est super vexé car lui les deux seuls qui ont bien voulu le masser pour le réconforter …bah c’est le sol du gymnase et celui du gîte.

Pourquoi animalier donc ? Parce que quand on entend certains bruits la nuit on se demande si des bûcherons sont en train de travailler à deux mètres de vous, ou bien si un lion rode et du coup vous n’osez pas vous lever pour aller aux toilettes ? Heureusement, au matin, vous êtes rassurés, il ne s’agissait que de Geoffrey qui s’endort très vite et surtout ronfle pas mal.

Parce qu’une horde fait des jeux de sociétés assez primitifs quand vient la nuit ? On ne peut pas les citer mais certains et certaines se sont livrés à des rites ancestraux mélangeant balle de ping-pong, jeu de carte, bière, pincements et martèlements de mains dans un jeu qui se nomme donc le « ping-pong pouilleux massacreur tiens il reste des bières on va les boire ». a donne lieu à des scènes et des commentaires assez surréalistes.

Surréaliste ! Le mot est lâché pour qualifier un Time’Up de folie où on a compris pourquoi on faisait du badminton plutôt que question pour un champion.

(Voix de Julien Lepers). Attention un indice chez vous en bas votre écran « piscine »

(Top), célèbre athlète de natation, médaillée olympique,  je suis-je suis-je suis ???

(Réponse de la candidate) : Amélie Mauresmo !!!

J’avoue qu’à ce moment là on a hésité entre quelques options :

  • La jeter dans la cheminée pour raviver le feu…mais elle devait jouer le lendemain en mixte et surtout elle fait des supers bons cookies
  • La muter d’office dans un autre club par ce que franchement à Quincy on n’est pas aussi débiles que ça quand même ? Quoi ? Ah, on me dit que d’autres licenciés sont pas mal gratinés également !
  • Éclater de rire en lui disant « Bienvenue à Quincy, t’es aussi débile que tout le monde ».

Bien évidemment le troisième choix est le bon : bienvenue à Quincy Camille !

Puisqu’on est dans la surréalisme, on va passer à la catégorie « gastronomie » ! Hé oui, on a des cuistots à Quincy. En tout cas au moins 1. Le vendredi soir, notre bien aimé chéri et ô combien adulé président (ouais je sais j’en fais beaucoup mais vu ce que je lui balance à l’oral, je me rattrape à l’écrit) avait décidé bien gentiment de faire la cuisine. Du coup, comme les courses avaient été faites plus tôt (je ne peux décemment pas parler des courses car certains pourraient perdre toute crédibilité dans le monde du travail), notre président a donc fait sa recette très personnelle des « pâtes bolo ».

Je vous donne la recette et je vous laisse deviner à quel moment ça part en sucettes.

  • 1 kg de pâtes.
  • 2 oignons rouges.
  • De l’eau à porter à ébullition.
  • De la sauce bolognaise.
  • Et pour rajouter un peu le côté « bolo » 30 steacks hachés !!!

Du coup certains et certaines se sont demandés « mais c’est quoi les trucs jaunes avec le steack haché ? » C’était des pâtes.

Après on charrie mais le lendemain, certaines ont tenté d’apprivoiser le four pour faire chauffer un poulet et des patates. Alors je sais on me dire médisant, sexiste, malveillant mais toujours est il que le vendredi Adrien seul en cuisine nous fait un plat nickel et que les filles en groupe, dans la cuisine pour faire réchauffer un poulet font….sauter les plombs pendant 20 minutes !!!! Hasard ??? Mouais.

Enfin bref, on va parler de sport parce que c’est quand même pour ça qu’on y allait à Dordives. Et comme on est des vrais sportifs, avec un repas équilibré du vendredi soir, n’avoir bu que de l’eau et s’être couchés vers 21h pour avoir la forme le lendemain…Pardon ? ha rien que la vérité ? Bon d’accord. Je reprends alors.

Et comme on n’en avait rien à faire du sportif, après avoir mangé du steack haché accompagné de steack haché et n’avoir bû que de la bière (faudra quand même acheter au moins une bouteille d’eau la prochaine fois), on s’est couché vers 3h30.

A ce moment du récit, merci aux personnes sensibles de ne pas lire les quelques lignes qui vont suivre et qui ne sont sortis ni d’un documentaire animalier, ni d’un film d’horreur…mais bien de la vie privée d’Adrien. Alors que nous étions couchés et qu’avec la président nous avions gentiment accepté de privilégier les autres quant au choix de « au fait on dort où ? » . Certaines on eu leur chambre privatisée avec douche de 14397979m² et toilettes.

D’autres ont pu vivre leur vie de couple (enfin surtout ne pas subir la vie en société). Le reste du troupeau s’est éparpillé dans ce fabuleux gîte à la recherche de canapés, de tapis, de confort, d’intimité….ou de rien du tout, de toute façon je suis trop crevé et je vais dormir là où je vais tomber.

Du coup avec Monsieur le Président on a dormi lui sur un canapé et moi sur un fauteuil à une distance qui normalement devait éviter tout contact entre nous. Enfin, ça c’est que je pensais avant 4h30. Car à cette heure-ci il a commencé à remuer dans sa couverture et à se lever  et j’ai ouvert un œil en me disant « tiens il va aux toilettes ». Sauf qu’une fois levé et dans la pénombre d’une pièce faiblement éclairé par les restes des braises d’une bûche qui finissait de se consumer dans la cheminée, il n’a plus bougé pendant quelques minutes. Pour celles et ceux qui l’ont vu jouer en double, il avait la même attitude…il ne bougeait pas !

Et puis il est venu vers moi pour s’asseoir sur moi et me sauter dessus en se marrant. Dans mes stages de survie pratiqués chez « Opossum compagny » on m’a toujours dit qu’en cas d’alertes sérieuses, de dangers imminents, il fallait faire le mort. Les bêtes sauvages sont rarement intéressées par des charognes. Conseil appliqué à la lettre et qui a fonctionné car au bout de quelques sauts, le marsupial est reparti dans son lit et s’est rendormi.

Du coup, j’ai appliqué un autre conseil reçu pendant la formation « la vengeance est toujours salvatrice » et une fois assuré qu’il dormait profondément, je lui ai balancé un gros coup de coussin sur la tronche et là !!!!!!!! C’est vraiment dommage, j’aurai dû filmer sa tête et vous proposer la vidéo, mais j’en ris encore. Il était tout en stress le président.

Bref, pour les résultats sportifs, bah on s’en fiche un peu. Sachez juste que ça a brillé à tous les étages en simple messieurs, en simple dames (bravo Caro t’a tout déchiré), en doubles dames, en doubles hommes en doubles mixtes. Des supers résultats ramenés mais ce que je retiens perso de ce week-end (et attention c’est très sérieux), c’est que la petite famille de Quincy (même amoindrie de certains et certaines de ses représentants) était réunie du vendredi soir au dimanche pour partager des valeurs simples de convivialité, de franche camaraderie, de rires, de vannes, de moments cultes, de solidarité sur et hors des terrains, de coachings et d’encouragements (on avait l’impression d’être chez nous)…et tout simplement d’amitié.

Alors je sais que ce n’est jamais bien bon de parler comme un politicien, mais franchement, je suis venu à Quincy pour certes jouer au bad, mais pour partager un chouilla plus ! Et cette ambiance pendant tout ce week-end, hé bien c’est tout ce que j’aime !

Merci à chacun et chacune d’entre vous d’avoir fait de ce rendez-vous un moment assez unique (mince je suis en train de pleurer d’émotion) et d’avoir été ensemble tout simplement en toute amitié.

Vive le sport et surtout vive Quincy … et Marianne..et Mouroux ︊

Gros gros bisous à toutes et tous et bon courage pour les courbatures et les bobos de toute nature !

Résultat tournois :

Voir photos :

Saison 2018-2019